Le biais pro-innovation



Ce biais correspond à l’idée qu’une innovation doit être diffusée et adoptée par tous les membres d’un système social parce qu’elle est une innovation, et que personne n’est censé être contre l’innovation.

La 5G est un exemple évident : les élites qui l’ont mis en place n’ont même pas imaginé une seule seconde que cela puisse être contesté, puisque c’est une innovation. Le biais pro-innovation entraîne souvent le déploiement de technologie qui a de forts effets rebonds en matière de consommation énergétique. La 5G consomme ainsi 4 fois plus d’énergie que la 4G pour une couverture similaire, sans parler des effets sanitaires.

Ce biais est souvent très présent chez la frange de la population qui est culturellement la plus au contact avec l’innovation, qui se définit d’ailleurs souvent comme « progressiste ». La culture consumériste a ainsi réussi à faire sortir du débat démocratique la question du sens de l’innovation. Dans une république écologique, on poserait davantage de référendums sur l’adoption de technologies structurantes pour nos vies, ce qui permettrait d’ailleurs de recréer de l’intérêt sur le comment fonctionne les choses.




Pierre Gilbert