Giuseppe Arcimboldo, 1563 - du naturalisme au surréalisme



Le Moyen-Âge met Dieu au centre du tableau, la Renaissance bascule complètement vers l’Homme […]. Arcimboldo pousse plus loin son raisonnement, l’Homme n’est pas au centre du monde, l’Homme fait partie du monde.

Chiara Parisi - Arcimboldo, portrait d’un audacieux, ARTE


Giuseppe Arcimboldo (1526-1593), connu par ses portraits intégrant différents éléments de la nature, est considéré un précurseur du surréalisme.

Issu d’une famille d’artistes reconnus, il participe à création du dôme de la cathédrale de Milan à ses 20 ans.

Plus tard, en 1562, il part à la cour de Vienne où il pourra se libérer des dogmes de l’église et présenter en 1563

Les cycles de saisons, des oeuvres inspirées par la nature, accompagnées par un poème de son ami Giovanni Battista Fonteo.


« L'Eté est chaud et sec comme le Feu.

L'Hiver est froid et humide comme l'Eau

L'Air et le Printemps sont tous deux chauds et humides

et l'Automne et la Terre sont tous deux froids et sec. »



Inspiré par Léonard de Vinci, Arcimboldo fait partie du courant naturaliste. Ses créations vont permettre d’inspirer des nouveaux imaginaires et de replacer l’Homme dans la nature à l’époque classique.


Oublié après sa mort, ses oeuvres ont été redécouvertes au XXe siècle en inspirant plusieurs artistes : Man Ray, Marcel Duchamp, Max Ernst, Salvador Dalí…



Josefa Undurraga Hernández